~ French Readings ~

Below are samples of French Readings.

1 Corinthiens

1.- Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour,
je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.

2.- Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance,
quand j’aurais même toute le foi jusqu’à transporter
les montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien.

3.- Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture
des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je
n’ai pas l’amour, cela ne me sert de rien.

4.- l’amour est patient, il est plein de bonté; l’amour n’est
point envieux; l’amour ne se vante point; il ne s’enfle d’orgueil,

5.- il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point son
intérêt, il ne s’irrite point, il ne soupçonne point le mal,

6.- il ne se réjouit point de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité;

7.- il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.

8.- L’amour ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les
langues cesseront, la connaissance disparaîtra.

9.- Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie,

10.- mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra
.
11.- Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je
pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je
suis devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant.

12.- Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière
obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd’hui je connais
en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu.

13.- Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi,
l’espérance, l’amour; mais la plus grande de ces choses, c’est
l’amour.

divider

“Sonnet XVII”
by Pablo Neruda

Je ne t’aime pas comme rose de sel, ni topaze
Ni comme flèche d’oeillets propageant le feu:
Je t’aime comme l’on aime certaines choses obscures,
De façon secrète, entre l’ombre et l’âme.

Je t’aime comme la plante qui ne fleurit pas
Et porte en soi, cachée, la lumière de ces fleurs,
Et grâce à ton amour dans mon corps vit l’arôme
Obscur et concentré montant de la terre.

Je t’aime sans savoir comment, ni quand, ni d’où,
Je t’aime directement sans problèmes ni orgueil:
Je t’aime ainsi car je ne sais aimer autrement,

Si ce n’est de cette façon sans être ni toi ni moi,
Aussi près que ta main sur ma poitrine est la mienne,
Aussi près que tes yeux se ferment sur mon rêve.